Après une année 2017 riche en bons films, voici LE guide ultime pour ne rien rater d’une année 2018 qui s’annonce tout autant chargée. Au programme : des super-héros, Star Wars, des femmes fortes, deux Spielberg et un Scorsese, des grands noms tous les mois et des projets très excitants (programme régulièrement actualisé).

Janvier : par amour des acteurs et des actrices

Le film évènementPentagon Papers, de Steven Spielberg, avec Tom Hanks et Meryl Streep. Faute de gros film qui s’impose, on se tourne vers Tonton Steven. C’est le Spielberg politique qui nous donne rendez-vous en ce début d’année avec un plaidoyer pour un journalisme engagé, citoyen et transparent. Bref, tout ce que Donald Trump déteste. Dans la lignée de Spotlight, un film qui rappelle le rôle de contre-pouvoir des médias.

L’outsiderThree Billboards : Les panneaux de la vengeance, de Martin McDonagh, avec Frances McDormand et Woody Harrelson. Dans une petite ville du Missouri, l’histoire d’une mère qui s’en prend à la police incapable de résoudre le meurtre de sa fille avec à la clé, un duel absurde entre une femme en colère et un shérif en porte-à-faux. Récompensée dans plusieurs festivals, cette comédie dramatique est une sérieuse prétendante aux Oscars.

Et aussi : Le Grand Jeu, parce que Jessica Chastain ; Les Heures Sombres, parce que Gary Oldman ; Downsizing, parce que Matt Damon en miniature ; Vers la lumière, parce que c’est une romance qui fait chaud au cœur ; Last Flag Flying, parce que le trio Carell-Cranston-Fishburne a de l’allure ; Wonder Wheel, parce que Woody Allen est toujours nostalgique ; Sparring, parce que Mathieu Kassovitz boxe en vrai et à l’écran.

Février : et vive la diversité !

Le film évènementBlack Panther, de Ryan Coogler, avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan. Enfin un peu de diversité dans le monde des super-héros. Direction l’Afrique pour faire la rencontre de T’Challa, roi du Wakanda et Panthère Noire à ses heures perdues. Toute la jeune génération afro-américaine d’Hollywood s’est donnée rendez-vous pour donner une âme au dernier venu dans l’univers Marvel. Forcément alléchant.

L’outsiderLa forme de l’eau, de Guillermo del Toro, avec Sally Hawkins, Michael Shannon. L’amour n’a pas de race, voilà ce que nous dit Guillermo del Toro dans cette fable fantastique. Son histoire d’amour entre une jeune femme et une étrange créature aquatique, émouvante ode à la diversité, a remporté le Lion d’Or à la Mostra de Venise et se présente aux Oscars en grand favori.

Et aussi : Stronger, parce que Jake Gyllenhaal en victime de l’attentat de Boston qui se reconstruit ; Le 15:17 pour Paris, parce que Clint Eastwood recrée l’attaque du Thalys de 2015 avec les trois héros dans leur propre rôle et que c’est intriguant ; Jusqu’à la garde, parce que rarement un drame conjugal aura été aussi effrayant ; Le retour du héros, parce que Jean Dujardin en escroc ça marche ; Phantom Thread, parce que c’est le dernier film de Daniel Day-Lewis ; Moi, Tonya, parce que cette histoire vraie de patineuse prête à tout est dingue ; La ch’tite famille, parce que Dany Boon revient à l’humour ch’ti ; Call me by your name, parce que Moonlight a fait des émules ; Lady Bird, parce que Saoirse Ronan s’impose la figure montante du cinéma indé américain.

Mars : à la découverte de nouveaux mondes

Le film évènementReady Player One, de Steven Spielberg, avec Tye Sheridan, Olivia Cooke. Tonton Steven, deuxième. Après le Spielberg politique, revoilà le Spielberg « roi du divertissement ». En adaptant un roman qui met en scène un ado plongé dans un jeu vidéo en réalité virtuelle, il joue avec les codes et les références de la pop-culture dont il est lui-même un grand artisan.

L’outsiderUn raccourci dans le temps, d’Ava DuVernay, avec Reese Witherspoon, Chris Pine. Quand Disney sort des sentiers battus, c’est rarement une réussite (voir le bide d’À la poursuite de demain en 2015). Mais cette nouvelle tentative (quatre enfants partent à la recherche de leur père dans l’espace-temps) pourrait bien changer la donne. Ava DuVernay, réalisatrice engagée, donne en effet un esprit presque psychédélique à ce conte original.

Et aussi : The Disaster Artist, parce que James Franco refait le tournage de The Room, le pire film de l’histoire ; Le jour de mon retour, parce que Colin Firth sombre dans la folie seul en mer ; Annihilation, parce que Natalie Portman fait équipe avec Alex Garland (Ex Machina) ; Tomb Raider, parce Lara Croft est en mode survie ; L’affaire Roman J., parce que Denzel Washington ; Marie Madeleine, parce que raconter la vie de Jésus avec un point de vue féminin, ça change ; Hostiles, parce que le western n’est pas mort ; Mektoub My Love, parce que Kechiche nous invite dans une bande de potes.

Avril : des héros et des chiens

Le film évènementAvengers : Infinity War, de Joe et Peter Russo. Il aura donc fallu attendre 11 ans pour en arriver là. Depuis la sortie d’Iron Man, Marvel a tissé sa toile à Hollywood, créant un univers de 18 films interconnectés, chacun étant un jalon de plus menant à cette conclusion épique (divisée en deux films). C’est enfin l’heure pour les super-héros, tous réunis pour la première fois, d’affronter Thanos, ultime méchant de la galaxie. Attention, ça envoie.

L’outsiderL’île aux chiens, de Wes Anderson. Sept ans après Fantastic Mr. Fox, le réalisateur à l’esthétique si travaillée revient à l’animation, toujours avec sa technique artisanale en stop-motion et une intrigue avec des animaux. En l’occurence, des chiens qui aident un jeune garçon à retrouver son chien. Malin, atypique et servi par un casting vocal hallucinant (Bryan Cranston, Jeff Goldblum, Edward Norton, Bill Murray, Scarlett Johansson, Frances McDormand…).

Et aussi : Dans la brume, parce que Romain Duris dans un film de SF post-apocalyptique, c’est une bonne nouvelle pour le cinéma de genre français ; Game Night, parce que la soirée jeu part en sucette ; My Wonder Women, parce que la création de Wonder Woman est aussi intéressante que l’héroïne ; Red Sparrow, parce que Jennifer Lawrence essaye de changer de registre ; Don’t worry, he won’t get far on foot, parce que Joaquin Phoenix chez Gus Van Sant

Mai : Star Wars en Solo

Le film évènementSolo : A Star Wars Story, de Ron Howard, avec Alden Ehrenreich, Emilia Clarke, Donald Glover. Pour son deuxième film hors-saga principaleStar Wars se penche sur le passé du légendaire Han Solo. Située entre les épisodes III et IV, cette aventure spatiale racontera les années de contrebandier du jeune Han Solo, avant qu’il ne rejoigne la Rébellion. On y retrouvera aussi Chewbacca et Lando Calrissian.

L’outsiderDeadpool 2, de David Leitch, avec Ryan Reynolds, Josh Brolin. Le premier Deadpool avait secoué le monde un peu trop lisse des super-héros. Provocant, vulgaire et politiquement incorrect, Wade Wilson a fait une entrée remarquée. Dans la même veine, cette suite est l’occasion de se moquer un peu plus des codes du genre.

Et aussiGringo, parce qu’on aime les comédies déjantées ; Everybody Knows, parce qu’Asghar Farhadi réunit Penélope Cruz et Javier Bardem ; En Guerre, parce que jamais un conflit social n’a été aussi bien mis en scène ; L’homme qui tua Don Quichotte, parce que ça fait 25 ans qu’on attend le projet fou de Terry Gilliam…

Juin : on prend les mêmes et on recommence

Le film évènementJurassic World : Fallen Kingdom, de Juan Antonio Bayona, avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard. Après le désastre de l’ouverture du parc Jurassic World, Owen, le dresseur de raptors, et Claire, la directrice scientifique, montent une expédition pour sauver les dinosaures désormais libres mais menacés par une éruption volcanique. Forcément, ça va mal tourner et c’est ça qui nous intéresse.

L’outsiderOcean’s 8, de Gary Ross, avec Sandra Bullock, Cate Blanchett, Rihanna… Dix-sept ans après Ocean’s Eleven, la trilogie de Steven Soderbergh a droit à son spin-off, cette fois avec un casting exclusivement féminin. Debbie, la sœur de George « Danny Ocean » Clooney, réunit une équipe de choc pour voler un collier au gala du Metropolitan Museum. Soderbergh n’est plus aux commandes mais pourquoi pas.

Et aussi : Sicario : La guerre des cartels, parce que le premier était un vrai choc ; How to talk to girl at parties, parce qu’on y croise des femmes étranges dans une ambiance punk so britshSans un bruit, parce qu’on aime se faire peur, surtout avec Emily Blunt…

Juillet : des héros pas comme les autres

Le film évènementLes Indestructibles 2, de Brad Bird. Rarement un film d’animation a suscité une telle attente. Il aura fallu 14 ans pour voir la suite des Indestructibles, un des meilleurs Pixar et un des meilleurs films de super-héros jamais porté à l’écran. Avec les techniques d’animation moderne, on peut espérer un grand divertissement familial, comme Pixar sait si bien les faire.

L’outsiderAlita : Battle Angel, de Robert Rodriguez, avec Rosa Salazar, Christoph Waltz. Adaptation live du manga Gunnm, ce film pourrait tenir l’héroïne de 2018. Avec son look improbable et ses capacités de cyborg, Alita est aussi atypique que badass. Dans un monde post-apocalyptique, elle va devoir trouver sa place et lutter pour survivre.

Et aussi : Sicario 2 : Soldado, parce que Sicario était un immense film ; Ant-Man et la Guêpe, parce qu’une nouvelle super-héroïne féminine piquante arrive…

Août : les sagas continuent

Le film évènementMission Impossible 6, de Christopher McQuarrie, avec Tom Cruise, Rebecca Ferguson. Mine de rien, cela fait 22 ans que Tom Cruise endosse le rôle de l’agent Ethan Hunt. Et à 55 ans, la star est toujours en pleine forme pour cette nouvelle mission qui emmènera les espions de la Nouvelle-Zélande à l’Inde, en passant par un long détour à Paris. Cocorico !

L’outsiderThe Predator, de Shane Black, avec Boyd Holbrook, Olivia Munn. Après un premier film culte et deux suites oubliables, la saga du Predator s’offre un lifting, entre la suite et le reboot. Nouvelle équipe mais même créature. Le réalisateur Shane Black (L’Arme FataleThe Nice Guys) souhaite revenir à l’esprit intimiste du premier film.

Et aussi : Goodbye Christopher Robin, parce que l’histoire du créateur de Winnie l’ourson nous ramène en enfance ; Kin, parce que James Franco

Septembre : l’histoire revisitée

Le film évènementRobin des Bois, de Otto Bathurst, avec Taron Egerton, Jamie Foxx. Les légendes ne meurent jamais. Celle de Robin Hood particulièrement. Déjà adaptées des dizaines de fois, les aventures du gang de Sherwood revivront cette année sur grand écran sous la forme d’une origin story, comme le film de 2010 avec Russell Crowe, mais en version rajeunie. Taron Edgerton, lle Eggsy de Kingsman, tiendra le rôle du jeune rebelle.

L’outsiderThe kid who would be king, de Joe Cornish. Autre légende insubmersible, celle du Roi Arthur. Mais contrairement à l’adaptation de Guy Ritchie l’an dernier, le mythe médiéval est cette fois transposé dans le présent, quand Alex, écolier de 12 ans met la main sur Excalibur. La présence de Joe Cornish derrière la caméra indique un film très référence et réellement moderne.

Et aussi : Première année, parce que Thomas Lilti (Hippocrate) nous reparle des études de médecine ; White Boy Rick, parce que Matthew McConaughey et Jennifer Jason Leigh ; I Feel Good, parce qu’il faut rire de la chirurgie esthétique ; Un peuple et son roi, parce que la Révolution française au cinéma, c’est étonnamment rare.

Octobre : objectif Lune

Le film évènementFirst Man, de Damien Chazelle, avec Ryan Gosling, Claire Foy. Avec Whiplash puis La La Land, Damien Chazelle s’est imposé comme le réalisateur le plus mature de la jeune génération. Loin de la musique qui rythmait ses premiers films, il s’attaque cette fois au portrait de Neil Armstrong, premier homme à avoir marché sur la Lune. Pour l’occasion, il retrouve Ryan Gosling qui endosse la combinaison d’astronaute.

L’outsiderVenom, de Ruben Fleischer, avec Tom Hardy, Michelle Williams. Premier film du « Sony’s Marvel Universe », indépendant de Spider-Man : Homecoming sorti l’an dernier, Venom est un vieux projet qui voit enfin le jour. Difficile d’en attendre quoi que ce soit mais la seule présence de Tom Hardy dans le costume noir de l’antihéros est une garantie.

Et aussi : Le flic de Belleville, parce qu’Omar Sy s’essaye au buddy movie entre Paris et Miami ; Mowgli, parce qu’Andy Serkis livre enfin sa version du Livre de la JungleX-Men : Dark Phoenix, parce que l’arc de Jean Grey est passionnant ; Le jeu, parce que mieux vaut ne pas lire les SMS des autres ; Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, parce que ça ressemble à Alice au Pays des merveilles mais en même temps pas tellement ; A star is born, parce que Lady Gaga tient son premier vrai rôle au cinéma…

Novembre : que la magie opère

Le film évènementLes Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald, de David Yates, avec Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Johnny Depp. La deuxième saga de J.K. Rowling poursuit sa route en se concentrant sur Gellert Grindelwald, mage noir qui a causé du souci à Albus Dumbledore. Après un premier film introductif, on rentre cette fois dans le fond de la mythologie du monde d’Harry Potter.

L’outsiderMary Queen of Scots, de Josie Rourke, avec Saoirse Ronan, Margot Robbie. Le destin tragique de Marie Stuart, exécutée car suspectée d’avoir voulu s’emparer de la couronne royale. Au cœur de cette fresque historique un duo d’actrices de haute volée pour un duel féminin sans pitié.

Et aussi : Boy Erased, parce que Joel Edgerton attaque de front les « thérapies » pour « guérir » l’homosexualité ; Mauvaises Herbes, parce que Kheiron mérite qu’on s’intéresse à ce qu’il fait…

Décembre : is this the real life ?

Le film évènementBohemian Rhapsody, de Dexter Fletcher, avec Rami Malek. Que la gestation de ce biopic de Freddie Mercury fut longue, plus de sept ans avec trois changements de réalisateurs et d’acteurs. Finalement, c’est Rami Malek (Mr. Robot) qui portera la moustache du légendaire chanteur de Queen. Mais atteindra-t-il les mêmes notes ?

L’outsiderAstérix : Le Secret de la Potion Magique, de Louis Clichy et Alexandre Astier. Faute d’avoir de bons films, les fans d’Astérix et Obélix se reportent désormais sur les dessins animés. Le Domaine des Dieux, joliment animé (la patte Clichy) et finement dialogué (la patte Astier), a montré le chemin en 2014. Nul doute que ce deuxième film saura faire (au moins) aussi bien.

Et aussi : Mortal Engines, parce que Peter Jackson produit cette nouvelle saga à la Mad Max pour ados ; Rémi sans famille, parce que c’est une belle histoire ; Aquaman, parce qu’on a encore envie de donner une chance au DC Universe ; Bumblebee, parce qu’on a encore envie de donner une chance à un prequel de Transformers (ou pas en fait)…

Ils n’ont pas (encore) de date :

Tulip Fever : au XVIIème siècle, Alicia Vikander épouse Christoph Waltz mais le trompe avec Dane DeHaan.

Marjorie Prime : drame de SF, façon Black Mirror, avec une société qui recrée les souvenirs en hologramme.

Breathe : portrait d’un homme paralysé par la poliomyélite qui se bat pour vivre normalement, réalisé par Andy Serkis, avec Andrew Garfield.

Thank you for your service : Miles Teller revient d’Irak en héros mais avec le PTSD, sauf que l’armée ne l’aide pas beaucoup.

Una : quinze ans après les faits, une jeune femme (Rooney Mara) retrouve l’homme qui lui avait fait subir des atteintes sexuelles Rooney Mara à 13 ans.

L’homme qui tua Don Quichotte : 18 ans après une première tentative avec Jean Rochefort et Johnny Depp, Terry Gilliam sort enfin sa version décalée de Don Quichotte, mais avec Jonathan Pryce et Adam Driver.

Mektoub, My Love, Canto Uno : des nouvelles d’Abdellatif Kechiche, muet depuis le triomphe et les polémiques de La Vie d’Adèle.

The Death and Life of John F. Donovan : Xavier Dolan sort (enfin) du cadre familial et passe à l’anglais dans cette histoire d’homosexualité cachée.

L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea : le bouquin a cartonné, pourquoi pas le film ?

The Irishman : Scorsese. De Niro. Pacino. Pesci. Keitel. Netflix.

Loving Pablo : Pablo Escobar à travers les yeux d’une journaliste un peu trop proche du narco-trafiquant.

The Beach Bum : Matthew McConaughey méconnaissable pour Harmony Korine.

Backseat : un biopic de Dick Cheney, vice-président de George W. Bush, par le réalisateur de The Big Short.

The Favourite : après The Lobster et Mise à mort du cerf sacré, Yorgos Lanthimos enchaîne avec Emma Stone dans le premier rôle.

Black Klansman : Spike Lee fait équipe avec Jason Blum (Split, Get Out) pour un thriller paranoïaque au sein du Ku Klux Klan.