TOP – Au cinéma, il n’y a pas que les bons films. Il y a aussi les bons gros navets. Et l’année 2017 a été particulièrement généreuse dans ce domaine.

L’esprit de Noël est déjà derrière nous, on peut arrêter de dire du bien de tout. Et ça vaut aussi pour le cinéma. Après avoir sacré les 10 meilleurs films de 2017 pour le réveillon, pourquoi ne pas se lâcher un peu et dézinguer les pires films de l’année ? Il y en a eu des plantages, des foirades, des ratages, des bides artistiques, des cagades… Bref, des navets. Par pur dévouement, Serial Ciner vous présente les cinq pires films de 2017, ceux qu’il fallait absolument rater.

5. Gauguin : Voyage de Tahiti

Tout le monde connaît les peintures polynésiennes de Paul Gauguin, pleines de vahinés et de couleurs chatoyantes. Artistiquement, raconter l’exil (miséreux) du peintre maudit à Tahiti n’était pas dénué d’intérêt. Sauf que le résultat est un biopic aussi grisâtre que les toiles de Gauguin étaient colorées. Vincent Cassel souffre, le spectateur souffre (quand il ne s’ennuie pas mortellement). Touche finale au tableau (ou plutôt à la croûte à ce niveau) : le film prend de grandes largesses avec la réalité historique, passant sous silence le comportement plus que malsain de Gauguin avec les jeunes vahinés.

4. Transformers : The Last Knight

HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA. N’importe quoi. Tellement que c’en est drôle. Qu’est-ce qui est le plus ridicule dans ce cinquième épisode de la guerre des robots Transformers : l’incorporation au récit de la légende arthurienne (déjà maltraitée cette année par Guy Ritchie) ou Anthony Hopkins qui donne du « Bro ! » à Mark Walhberg ? La complexité et l’absurdité de « l’intrigue », mêlant vieux conte moyenâgeux et destruction prophétique de la Terre, sont le symbole d’une franchise que Michael Bay prend bien trop au sérieux. On en rit tellement c’est débile mais dans le fond, c’est désespérant.

3. Tout nous sépare

On pourrait dire que Tout nous sépare est un film raté mais cela impliquerait qu’il tente des choses. Quand un film met en vedette Catherine Deneuve (très mal à l’aise), Diane Kruger (en roue libre) et Nicolas Duvauchelle (pourquoi tant de colère ?) mais que le meilleur acteur c’est le rappeur Nekfeu (son premier rôle au cinéma), il y a un sérieux problème avec le film.Tout nous sépare s’enfonce régulièrement dans le ridicule, au point de provoquer des rires gênés lors de scènes pourtant dramatiques. Il n’y a pas grand-chose à sauver dans ce thriller bancal, mal écrit et certainement pas relu.

2. Le Bonhomme de Neige

Cette fois, parlons d’un raté, un vrai de vrai. Je nourrissais personnellement de grands espoirs pour cette adaptation d’un polar nerveux du norvégien Jo Nesbø. D’autant plus que le casting a de la gueule : Tomas Alfredson (La Taupeà la réalisation, Michael Fassbender, Rebecca Ferguson, Charlotte Gainsbourg, J.K. Simmons et Toby Jones devant la caméra. Sauf que la production calamiteuse fout tout en l’air. Le film n’est tout simplement même pas fini : 15% du scénario n’a pas été tourné ! Pour compenser, Le Bonhomme de Neige a été monté à la hache, rendant l’enquête policière absolument incompréhensible. Même les quelques bons points (Fassbender, l’ambiance) sont gâchés par une surdramatisation d’un autre âge. Bref, la plus grosse déception de l’année.

1. La Momie

Mais qu’est allé faire Tom Cruise dans cette galère ? Peu coutumier de ce genre de franchises, l’acteur star aurait mieux fait de s’abstenir une nouvelle fois. Premier de cordée, La Momie réussit à tuer dans l’œuf le « Dark Universe » censé ranimer les monstres d’Universal au sein d’une même franchise (un peu comme les super-héros Marvel). Un sacré exploit ! Le principal problème de La Momie, c’est qu’il rate tout ce qu’il entreprend. Le scénario part dans tous les sens, les effets spéciaux sont plus que limite, les acteurs n’ont même pas l’air d’y croire… Résultat, embaumé par les références à son propre univers et enfermé dans un sarcophage d’idiotie, ce reboot oublie son seul sujet valable : la momie.