Les Indestructibles reprennent du service, Tom Cruise en mission toujours impossible, « mamma mia ! » revoilà Abba et un paquet de films cannois : c’est le programme de l’été au cinéma !

Article initialement publié sur europe1.fr le 8 juin 2018.

A quoi reconnaît-on le début de l’été ? Aux premières chaleurs, un peu. Aux orages assourdissants, sans doute. Aux premiers blockbusters, surtout. La sortie le 7 juin de Jurassic World : Fallen Kingdom a donné le coup d’envoi officiel de la saison estivale dans les salles obscures. Savant mélange d’aventures XXL, de dessins animés, de comédies familiales et de petits films d’horreur, l’été offre des sorties pour tout le monde. Europe 1 vous présente les films à ne pas rater au cinéma cet été.

100% action

A chaque Mission Impossible, on se dit que Tom Cruise ne pourra pas en faire en plus que lors du précédent film. Et finalement si. Mission Impossible : Fallout, sixième film de la série, ne devrait pas déroger à cette règle implacable (1er août). Entre deux courses-poursuites à Paris et Londres, l’agent Ethan Hunt prendra un peu de temps pour grimper dans un hélicoptère en escaladant une corde. Une certaine idée des vacances…

Outre Mission Impossible, l’été 2018 fait la part belle aux suites. Sicario 2 : La guerre des cartels (27 juin) aura la lourde tâche de succéder au film coup-de-poing de Denis Villeneuve. Denzel Washington réendosse le costume de l’ex-espion justicier dans Equalizer 2 (15 août). Attention, ça cogne fort. Une fois n’est pas coutume, les super-héros se feront plutôt discret. DC n’a rien au programme et Marvel envoie seulement un second couteau avec Ant-Man et la Guêpe (18 juillet). Enfin, que serait un été sans Dwayne « The Rock » Johnson ? La nouvelle star du cinéma d’action va passer un sale moment au cœur d’un building en feu dans Skyscraper (11 juillet), blockbuster produit par la Chine.

Pour se détendre

Envie d’un film pas prise de tête et pas trop stressant ? Dès le 20 juin, vous pourrez vous laisser embobiner par les braqueuses d’Ocean’s 8 (13 juin). Au casting, excusez du peu : Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Helena Bonham Carter et Rihanna. Autre registre, autre suite : Mamma Mia ! Here we go again (25 juillet) devrait vous donner envie de chanter et de danser. Amanda Seyfried, Meryl Streep, Pierce Brosnan et les autres sont de retour sur l’île grecque de Kalokairi avec toujours autant de tubes d’Abba dans leurs valises.

La comédie française n’est pas en reste cet été. Avant la rentrée scolaire, la prof Bérengère Krief va devoir affronter sa mutation en Picardie dans L’école est finie (11 juillet). Au rayon suite inattendue, Neuilly sa mère, sa mère (8 août) inverse la logique du premier film, grand succès public en… 2009. Sami, plongé à l’époque dans le curieux monde des bourgeois des Hauts-de-Seine, accueille cette fois ses riches amis dans la cité Picasso de Nanterre. On conclura la saison estivale sur une note plus mélancolique avec Guy (29 août), deuxième long-métrage d’Alex Lutz, grimé pour l’occasion en vieux chanteur ringard qui se découvre un fils sur le tard.

Un moment en famille

C’est à n’en pas douter l’une des sorties les plus attendues de l’année. Quatorze ans après avoir inspiré les enfants du monde entier et participé au renouveau du genre super-héroïque, les Indestructibles reviennent sauver le monde ! Le réalisateur Brad Bird est toujours aux commandes des aventures de la famille Parr qui reprennent pile à la fin du premier film. Sauf que cette fois, c’est Helen, la mère, qui renfile le costume rouge pendant que Bob, le père, garde les enfants à la maison (4 juillet).

Au rayon des dessins animés, deux autres sorties pourront occuper les plus jeunes cet été : Maya l’abeille 2(18 juillet), suite de La Grande aventure de Maya l’abeille,sorti en 2014 ; et Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses, nouveau rendez-vous avec la famille de Dracula, en croisière sur les mers cette fois (25 juillet).

Enfin, deux films devraient permettre de réunir petits et grands, avec un thème commun : remettre au goût du jour des héros d’antan. Avec Bécassine ! (20 juin), Bruno Podalydès réhabilite la gentille nourrice au style inimitable (incarnée par Émeline Bayart). Quant à Jean-Christophe et Winnie(3 août), il s’agit d’une jolie fable qui voit le héros des aventures de Winnie l’Ourson, devenu adulte, renouer avec ses amis animaux.

Comme à Cannes

L’été sera l’occasion de prolonger un peu la magie du Festival de Cannes. De nombreux films présentés en mai sur la Croisette sortent en salles dans les semaines à venir. Spike Lee fait son grand retour avec BlackKklansman (22 août), récit de l’enquête d’un policier noir au sein du Ku Klux Klan dans les années 1970. Le cinéaste américain est reparti de Cannes avec le Grand Prix. Primé également, l’acteur Marcello Fonte, à l’affiche de Dogman, de Matteo Garrone (11 juillet).

Remarqué en 2014 avec son film d’horreur conceptuel It Follows, l’Américain David Robert Mitchell revient cet été avec Under the silver lake, enquête mystique sur une disparition à Los Angeles (8 août). Quant à Burning, du Sud-Coréen Lee Chang-dong, il est reparti bredouille de la Croisette mais a suscité l’enthousiasme des critiques (29 août). Côté français, deux sorties cannoises également : Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez avec Vanessa Paradis en productrice de porno gay (27 juin), et Le monde est à toi, deuxième long de Romain Gavras qui met aux prises Vincent Cassel et Isabelle Adjani.

Pour se faire peur

Rien ne vaut quelques bonnes sueurs froides pour échapper à la chaleur estivale. Premiers frissons prévus le 20 juin avec Sans un bruit, film d’horreur post-apocalyptique un peu conceptuel (une famille survit dans une Amérique envahie par des créatures aveugles mais ultrasensibles au bruit). LE carton surprise de l’année, avec déjà plus de 270 millions d’euros récoltés dans le monde et des critiques dithyrambiques outre-Atlantique.

Au cœur de l’été, les plus aventureux trouveront également de quoi se faire peur. Démarrée en 2013, la franchise American Nightmare se fend d’un quatrième opus, sous-titré Les Origines, qui imagine le premier test à petit échelle des « purges annuelles » qui ont fait connaître la saga (4 juillet). Autre figure moderne de l’horreur, Slender Man propose une nouvelle incarnation du personnage sans visage né sur Internet en 2009 (22 août).