Le tourbillon émotionnel de « La Forme de l’Eau » va-t-il emporter les votes de l’Académie ? En avant-première, voici le palmarès des Oscars 2018. Infaillible (ou presque).

Joyeux anniversaire les Oscars ! La plus prestigieuses des cérémonies de remise de prix du 7ème art fête en 2018 ses 90 bougies. Et pour l’occasion, la sélection est particulièrement alléchante. Avec ses 13 nominations, La Forme de l’Eau se positionne comme l’immense favori. Mais Three Billboards : les Panneaux de la Vengeance (7) devrait lui aussi repartir avec un joli lot de statuettes. Quant à Dunkerque (8), il devrait rafler quelques Oscars techniques. Voici donc, en avant-première mondiale rien que pour vous, le palmarès des « Academy Awards » 2018.

NB : Contrairement à mes prédictions pour les César, ici le pronostic du vainqueur ne repose pas sur une intuition mais sur de savantes statistiques (les mêmes que pour mes prédictions de l’an dernier). Infaillibles (ou presque).

Meilleur film

Le choix du ❤ : Dunkerque de Christopher Nolan. Sorti au cœur de l’été, le film de guerre de Christopher Nolan n’a guère de chances de s’imposer dimanche au Dolby Theatre de Los Angeles. Et c’est bien dommage car à travers cette expérience de survie sensorielle, Christopher Nolan livre une proposition de cinéma follement ambitieuse et inoubliable. Cadencé à la perfection, millimétré et mutique, Dunkerque est surtout une plongée en apnée d’1h47.

Le favori 🙌 : La Forme de l’Eau de Guillermo del Toro. Certes, au moment de son annonce, le dernier film du cinéaste mexicain était excitant. Une romance entre une femme muette et une créature aquatique dans un laboratoire secret ? Banco ! Mais de là à penser aux Oscars… Et puis il y a eu le Lion d’Or à Venise et tout est allé très vite. Le conte fantastique de Guillermo del Toro a empilé les récompenses et profité de polémiques autour du traitement du racisme dans Three Billboards pour se positionner en tête de la course au Meilleur film. Mérité pour ce film funambule, en équilibre permanent au bord du vide mais toujours rattrapé par la magie du cinéma.

Les autres nommés 👋 : Call Me By Your NameLes Heures SombresGet OutLady BirdPentagon PapersPhantom Thread et Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance.

Meilleur réalisateur

Le choix du ❤ : Christopher Nolan pour Dunkerque. Si Dunkerque est un grand film, c’est presque entièrement grâce à la vision de Nolan. Touche-à-tout passant sans transition de la SF grandiloquente au film de guerre mutique, le Britannique a confirmé son statut de très grand réalisateur contemporain. Du travail d’orfèvres sur le son au montage alterné, tout porte sa marque géniale dans Dunkerque. La preuve que l’exigence paye toujours.

Le favori 🙌 : Guillermo del Toro pour La Forme de l’Eau. Si le Mexicain devait monter sur scène pour aller chercher l’Oscar du Meilleur réalisateur, ce serait un formidable symbole. Lui l’amoureux des monstres, des freaks, des marginaux qui a toujours évolué un peu en marge à Hollywood (ses films de super-héros n’ont jamais été les plus populaires), récompensé par ses pairs. Derrière lui, ce sont tous les geeks qui crieront victoire.

Les autres nommés 👋 : Jordan Peele (Get Out), Paul Thomas Anderson (Phantom Thread) et Greta Gerwig (Lady Bird).

Meilleur scénario original

Le choix du ❤ : Jordan Peele pour Get Out. Au moment de la sortie de Get Out, rare sont ceux qui avaient prédit le succès que connaîtra le film d’horreur social du comique Jordan Peele (250 millions de dollars engrangés dans le monde). Encore plus rares étaient ceux qui imaginaient le film aux Oscars. Et pourtant le voilà. Et il mériterait de repartir avec la statuette du scénario, tant Get Out se démarque par son intelligence. Acerbe, ébouriffant et ultra-pertinent mais toujours divertissant.

Le favori 🙌 : Martin McDonagh pour Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance. Au début, c’est l’histoire d’une mère qui veut forcer la main de la police locale en les humiliant. Un revenge movie cynique et iconoclaste dans la veine des frères Coen. Puis, Three Billboards se met à raconter les tourments d’un flic raciste et simplet et sa repentance en direct. Un portrait croisé d’une rare finesse qui dit beaucoup de l’Amérique.

Les autres nommés 👋 : Emily V. Gordon et Kumail Nanjiani (The Big Sick), Greta Gerwig (Lady Bird) et  Guillermo del Toro et Vanessa Taylor (La Forme de l’Eau).

Meilleur scénario adapté

Le choix du ❤ : Logan – Scott Frank, James Mangold et Michael Green, d’après les personnages de X-Men. Pour être honnête, Logan n’est pas le film le mieux écrit de l’année. Mais pour une fois qu’un film de super-héros est nommé aux Oscars, qui plus est pour son scénario, comment ne pas le mettre en avant ? D’autant que ce n’est pas non plus illogique, les scénaristes livrant une adaptation fidèle et vibrante du classique Old Man Logan, chant du cygne de Wolverine/Hugh Jackman.

Le favori 🙌 : Call Me by Your Name – James Ivory, d’après le roman éponyme d’André Aciman. Italie, été 1983. Elio, ado de 17 ans s’ouvre au monde des sens auprès de ses amis. Mais l’arrivée d’Oliver, un universitaire américain de 24 ans venu vivre dans la villa du père d’Elio, spécialiste de l’art antique, va bouleverser la vision du monde du jeune garçon. Petit à petit, une attirance mutuelle se crée entre l’ado en plein éveil et l’homme tout juste formé. Cette histoire de désir charnel a séduit le monde du cinéma et ce n’est pas pour rien.

Les autres nommés 👋 : The Disaster ArtistLe Grand Jeu et Mudbound.

Meilleur acteur

Le choix du ❤ et le favori 🙌 : Gary Oldman dans Les Heures Sombres. Selon toute vraisemblance, l’Académie devrait réparer dimanche un de ses plus grandes erreurs : n’avoir jamais récompensé le talent protéiforme de l’immense Gary Oldman. Nommé pour la première fois en 2012 seulement pour son rôle d’espion taciturne dans La Taupe, le Britannique avait été battu par… Jean Dujardin. Cette fois, son interprétation fiévreuse de Winston Churchill devrait lui permettre d’entrer pour de bon dans la légende.

Les autres nommés 👋 : Timothée Chalamet (Call Me by Your Name), Daniel Day-Lewis (Phantom Thread), Daniel Kaluuya (Get Out) et Denzel Washington (L’Affaire Roman J.).

Meilleure actrice

Le choix du ❤ et la favorite 🙌 : Frances McDormand dans Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance. Mildred Hayes demande justice mais n’est pas franchement la mère courage exemplaire. Prête à ficher l’ADN de tous les citoyens pour retrouver le meurtrier de sa fille, elle fait preuve d’une violence – physique, verbale et morale – déstabilisante, au seul nom d’une justice aveugle et sourde. Engoncée dans une combinaison bleue d’usine et bandana sur le front, Frances McDormand donne littéralement corps à ce petit bout de femme qui danse avec le vide, prête à sauter à dedans à pied joint pour une lueur d’espoir.

Les autres nommées 👋 : Sally Hawkins (La Forme de l’Eau), Margot Robbie (Moi, Tonya), Saoirse Ronan (Lady Bird) et Meryl Streep (Pentagon Papers).

Meilleur acteur dans un second rôle

Le choix du ❤ et le favori 🙌 :  Sam Rockwell dans Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance. Alors qu’on attendait plus Woody Harrelson (nommé quand même), c’est finalement cet éternel second couteau d’Hollywood (La Ligne Verte, Moon, Iron Man 2…) qui prend toute la lumière avec son rôle de flic plouc, simplet, raciste et en même temps tellement plus que ça. L’archétype du sudiste Blanc qui vit dans un trou perdu et rêve d’une prétendue splendeur passée qu’on lui aurait arraché. L’illustration parfaite de l’abandon de ces États ruraux et du désespoir que cela engendre.

Les autres nommés 👋 : Willem Dafoe (The Florida Project), Woody Harrelson (Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance), Richard Jenkins (La Forme de l’Eau) et Christopher Plummer (Tout l’argent du monde).

Meilleure actrice dans un second rôle

Le choix du ❤ : Octavia Spencer dans La Forme de l’Eau. Le conte de Guillermo del Toro est un exercice d’équilibriste, toujours sur le point de tomber dans le kitsch et le ridicule improbable. Si La Forme de l’Eau se maintient toujours à flot, c’est en partie grâce à Octavia Spencer. Zelda (quel nom !) est un miroir inversé de son amie Elisa (Sally Hawkins). Terre-à-terre, bavarde comme une pie, combattante… Son humour très pince-sans-rire apporte beaucoup au film.

La favorite 🙌 : Allison Janney dans Moi, Tonya. En racontant la terrible affaire Harding-Kerrigan à la façon d’un vrai-faux documentaire, Craig Gillespie met en avant tous les protagonistes de cette agression qui a ébranlé le monde du patinage artistique. Une attention particulière est donnée à LaVona, la mère abusive de Tonya Harding. Une femme tyrannique interprétée juste comme il faut pour arriver (un peu) à la comprendre par une Allison Janney en forme olympique.

Les autres nommées 👋 : Mary J. Blige (Mudbound), Lesley Manville (Phantom Thread) et Laurie Metcalf (Lady Bird).

Mais aussi…

Meilleure photographie : Roger Deakins pour Blade Runner 2049 (bordel après 12 nominations et 12 chou blanc, il serait temps de vous réveiller l’Académie !)

Meilleurs décors et direction artistique : Dennis Gassner et Alessandro Querzola pour Blade Runner 2049

Meilleurs costumes : Mark Bridges pour Phantom Thread

Meilleurs maquillages et coiffures : Kazuhiro Tsuji, David Malinowski et Lucy Sibbick pour Les Heures Sombres

Meilleur montage : Lee Smith pour Dunkerque

Meilleur montage de son : Richard King et Alex Gibson pour Dunkerque

Meilleur mixage de son : Mark Weingarten, Gregg Landaker et Gary A. Rizzo pour Dunkerque

Meilleurs effets visuels : Ben Morris, Mike Mulholland, Neal Scanlan et Chris Corbould pour Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi

Meilleure chanson originale : Mighty River de Mary J. Blige, Raphael Saadiq et Taura Stinson dans Mudbound ❤ / This Is Me de Benj Pasek et Justin Paul, dans The Greatest Showman 🙌

Meilleure musique de film : Alexandre Desplat pour La Forme de l’Eau

Meilleur film d’animation : Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina

Meilleur film documentaires : Visages, Villages d’Agnès Varda et JR